Supplémentation en acides gras essentiels (AGE)

Également connus sous le nom de vitamine F, les AGE sont ces acides gras que le corps est incapable de synthétiser, de sorte que la seule façon de les obtenir est par l’alimentation. Idéalement, afin d’être correctement métabolisés, ils doivent être associés à de la vitamine E, de la vitamine A, du carotène, des vitamines du complexe B, de la vitamine C et du magnésium.

Ils jouent un rôle essentiel dans la structure des membranes cellulaires, leur conférant souplesse et fluidité et les protégeant contre l’entrée d’agents pathogènes (virus, bactéries et allergènes). En outre, les AGE augmentent le métabolisme et la production d’énergie. Ils participent également à la dissolution de la graisse corporelle, diminuant les niveaux de cholestérol et de triglycérides dans le sang et distribuant les vitamines liposolubles A, B, E et K à travers le corps, protégeant ainsi les neurones et favorisant le maintien de la température corporelle. Ils sont également essentiels à la synthèse des hormones sexuelles et surrénales.

D’après Ann Louis Gittleman (Super Nutrition for Women), il existe 45 éléments nutritifs essentiels à la préservation de la santé du corps. Ces nutriments comprennent 20 minéraux, 15 vitamines, 8 acides aminés et 2 acides gras essentiels.

Il s’agit de l’acide gras oméga-3 (acide alpha linolénique), qui peut se transformer en acide eicosapentaénoïque (EPA) et en acide docosahexaénoïque (DHA) et de l’acide gras oméga-6 (acide linoléique), qui pour sa part se transforme en acide gamma-linoléique (GLA). Ces deux séries d’acides gras essentiels sont naturellement présentes dans les poissons d’eau froide (oméga-3) ainsi que dans les légumes, les graines et les huiles végétales non-transformées (oméga-6).

La carence en acides gras essentiels oméga-6 peut causer, entre autres, des troubles de la personnalité et du comportement, des troubles biliaires, une inhibition de la cicatrisation et des troubles cardiovasculaires.

Pour sa part, la carence en oméga-3 peut causer, entre autres, des troubles de croissance, des retards d’apprentissage, des fourmillements dans les membres, des troubles de la coordination motrice et des troubles visuels.

Il est fondamental d’associer l’apport en acides gras essentiels à de la vitamine C et de la vitamine E. En effet, elles augmentent son efficacité. En outre, la consommation d’aliments frits est à proscrire, les huiles subissant lors de leur cuisson des modifications provoquées par les hautes températures, elles sont à l’origine de nombreuses substances nocives pour le corps, perturbant l’équilibre des graisses corporelles.

L’équilibre entre les acides gras oméga-3 et oméga-6 semble jouer un rôle important dans le développement et la croissance de certaines formes de cancer, notamment du sein, du côlon et de la prostate.

Bien que des études approfondies semblent nécessaires pour comprendre le possible impact des acides gras oméga-3 dans la prévention et le traitement du cancer, les chercheurs pensent que, associés à d’autres nutriments (vitamine C, vitamine E, bêta-carotène, coenzyme Q10), ils peuvent être particulièrement utiles dans la prévention et le traitement du cancer du sein.

Certaines études ont montré que la consommation quotidienne d’acides gras à longue chaîne oméga-3, qu’ils soient sous leur forme d’EPA ou de DHA, ralentit ou inverse la progression du cancer du côlon.

Sachant cela, tournons-nous maintenant vers les principales sources d’acides gras essentiels :

Pour l’oméga-3 : les principales sources sont :

  • L’huile de saumon et de poisson gras.
  • Le lin et ses huiles (57 % d’oméga-3 et 16 % d’oméga-6).
  • Les graines de chia (58 % – 65 % d’oméga-3).
  • Les graines de chanvre (55%).

Pour l’oméga-6 : il convient de citer :

  • L’huile de pépins de cassis (44 %).
  • L’huile de bourrache, (entre 56 et 65 %), et notamment l’acide alpha linoléique.
  • L’huile de primevère (40-55%).
  • L’huile de tournesol (57%).

Test et thérapie

Le test est effectué avec une fiole de carence en acides gras essentiels contenue dans un test de base de kinésiologie. Le thérapeute obtient généralement de très bons résultats avec les AGE utilisés en tant que moyen de prévention, mais également en tant que moyen de contribution à la bonne santé en général. En outre, les résultats sont encourageants dans des situations particulières telles que :

  • L’alcoolisme
  • Le cancer du sein
  • Les maladies cardiovasculaires
  • La protection du système immunitaire
  • La candidose
  • Le syndrome prémenstruel
  • L’obésité
  • La polyarthrite rhumatoïde et en général, toutes les maladies d’origine inflammatoire
  • Les maladies dégénératives chroniques.

Nous vous encourageons donc à utiliser ces produits associés à de la vitamine E afin d’augmenter leur efficacité. En effet, ils seront dans la plupart des cas très efficaces chez vos patients, sauf chez ceux présentant des troubles de coagulation sanguine ou chez les patients ayant récemment subi une intervention chirurgicale.

Nous vous recommandons la lecture de l’article de Kinepharma de janvier 2013 « Acides gras essentiels ».

 

Ángel Salazar Magaña (angelsalamag@gmail.com)

Kinepharma.

Leave a comment

You must be logged in to post a comment.

Recent Comments